Notule : Pourquoi et comment participer à l’aventure de ce film ?

Entrer dans la première chaîne de solidarité !
Nous sommes tous concernés !

VOILIER  2014-07-02 à 16.59.26

1 – Après notre film « L’esprit du vin, le réveil des terroirs » (2011) et quelques hésitations pour bâtir une suite, nous avons choisi d’investir la thématique conséquente et utile de la citoyenneté alimentaire, et de réaliser et produire un nouveau film long métrage intitulé « Les batailles du bio vers la citoyenneté alimentaire » ( sortie prévue en 2015)

En 2014, des événements marquants ont accompagné ce choix, affaire Giboulot & Cousin, et autres événements moins médiatisés mais tout aussi importants. Exemple la contamination d’une classe d’élèves du primaire après épandage de produits phytosanitaires à proximité de leur école en Gironde.

Le film de Jonathan Nossiter, « Résistance naturelle », ouvre également une voie qui rejoint notre projet. Indirectement il appelle au soutien de tous ceux qui résistent à la prétendue politique des « Normes ». Il dénonce les puissants qui nous imposent manières de « travailler » avec la nature et de nous nourrir .

2 : De quoi s’agit-il et qu’entendons-nous par citoyenneté alimentaire ? Tout d’abord quelque chose de très simple : « Nous avons tous le droit de savoir ce que nous mangeons et ce que nous buvons ». Nous avons aussi le droit de nous opposer collectivement à ceux qui mettent en péril nos santés et détruisent nos dispositions gustatives.

Car ces dispositions gustatives sont profondément identitaires. Elles sont issues et liées à nos traditions familiales. Elles tissent une trame qui nous relie à nos anciens et à nos descendances. Elles disent de manière sensible nos caractéristiques communautaires. Elles constituent un bien commun, une valeur partagée qui n’a pas de prix.

Nous ne pouvons pas accepter que ces dispositions gustatives profondément identitaires soient progressivement détruites par une industrie agroalimentaire dont la seule ambition est le profit le plus immédiat et dont les pratiques quotidiennes mettent en péril nos santés et nos économies locales.

Il nous faut donc revenir à des pratiques de proximité, à une économie de proximité où pourrait s’exprimer de manière positive cette « citoyenneté alimentaire ».

Car à ce droit de savoir et de s’opposer à ce qui menace le bien commun, s’ajoute un troisième droit tout aussi important, qui est celui de pouvoir nous organiser simplement pour produire, transformer, vendre, apprendre à préparer, à goûter et déguster notre nourriture de tous les jours. Pourquoi faut-il une machinerie productive complexe et complètement dispersée à l’échelle de la planète alors qu’il est possible dans la proximité et dans le local de produire ce qui est nécessaire à notre alimentation quotidienne ?

Nous ne maîtrisons plus la chaîne alimentaire, même à un petit niveau. Nous dépendons de ce que l’industrie agroalimentaire veut bien nous fournir.

Il nous faut donc, en tant que citoyens, réagir et nous réapproprier l’ensemble de cette chaîne de production de nos aliments, de la fourche à la fourchette diraient certains : le slogan est bien choisi mais ça n’est pas qu’un slogan. Cela doit devenir une réalité pratique, ordinaire et quotidienne.

Mais revenons au terme de citoyenneté. Communément, on distingue la citoyenneté politique ( première citoyenneté) où s’expriment positions et choix sur la gouvernance de la cité, de la citoyenneté économique (deuxième citoyenneté) qui, elle, exprime notre capacité à nous exprimer dans le monde, de l’économie en tant que salarié ou actionnaire.

A ces deux premières citoyennetés s’ajoute une troisième que l’on peut appeler citoyenneté territoriale issue, de la société civile au sens où elle exprime nos capacités à nous organiser sur nos territoires de vie, à faire entendre nos choix, nos représentations du  » vivre ensemble », nos solidarités.

La citoyenneté alimentaire (quatrième citoyenneté) nous rappelle de manière vive que nous avons une existence physique et singulière, que cette existence physique et singulière doit être protégée par tous les soins portés par les systèmes de santé mais aussi par le choix que nous faisons de la nourriture et de tous les plaisirs partagés qu’elle nous propose. C’est cela la citoyenneté alimentaire. La ré-appropriation de la chaîne de la production alimentaire dans un espace dit de proximité et nos traditions et dispositions gustatives.

L’ idée de citoyenneté alimentaire n’est pas un concept abstrait. Elle prend forme au cœur des pratiques sociales ordinaires, de l’agriculture et de la nourriture : production, transformation, transport, consommation. « Nous sommes tous concernés » car tous, nous intervenons à un moment ou un autre dans le cours de cette chaîne. Tous, nous sommes « en bataille » avec les « dominants » qui nous imposent des pratiques, des normes, des choix, qui ne correspondent pas à nos intérêts de santé et gustatifs. Cela s’est progressivement installé, c’est comme une dès-appropriation, une aliénation aurions-nous dit auparavant, qu’il nous faut aujourd’hui supprimer.

3- Pour réussir ce film, long métrage, nous avons besoin de votre soutien à tous. Vous, bien entendu, amis, vignerons, agriculteurs, mais aussi partenaires et prestataires, clients, amis. Tous ceux qui se reconnaissent dans cette idée de citoyenneté alimentaire peuvent participer à l’aventure de ce film.

Pour faire simple, nous dirons, et vous trouverez à ce sujet des compléments sur le site « Les batailles du bio vers la citoyenneté alimentaire »www.lesbataillesdubio.fr Nous souhaitons dessiner une première chaîne de solidarité autour de la production du film à venir. Vous trouverez un exposé analytique sur les différentes participations possibles ainsi que les contreparties. Mais nous souhaitons dès maintenant attirer votre attention sur le fait qu’il y a un second cercle de solidarité tout aussi important que le premier, c’est celui qui se construit autour de la diffusion et de la distribution du film.

Il nous faut y penser dès maintenant. Et c’est pour cela que nous vous suggérons dans les propositions que vous trouverez sur le site, de vous placer, si cela est possible pour vous, en position de relais à la fois pour collecter des fonds mais aussi pour diffuser le film sous forme de DVD ou de séance lorsqu’il sera disponible. Car comme le disait l’un d’entre nous, et fort justement, le cinéma aujourd’hui, c’est de la projection et du débat. Ça ne se réduit pas uniquement à de la consommation d’un produit audiovisuel, consommation que l’on peut pratiquer individuellement ou collectivement avec des DVD, de la VOD et demain, dans tous les systèmes de télévision connectés, mais le cinéma, la tradition du cinéma à laquelle nous sommes attachés, c’est la salle, le collectif, le débat, l’échange, l’amitié, la convivialité. Et c’est à cela que nous souhaitons vous associer.

4 - Sur le plan plus technique, de la participation financière et des contreparties, vous trouverez informations et recommandations sur le site « les batailles du BIO vers la citoyenneté alimentaire » www.lesbataillesdubio.fr
Mais, disons-le dès maintenant, cette levée de fonds, c’est aussi avant tout le partage d’une aventure créative, collective, mais au sens concret du terme puisque cette thématique, nous vous proposerons de la reprendre dans des événements locaux pour la faire avancer et pour échanger sur sa construction progressive. C’est aussi une occasion entre nous et vous d’échanger des points de vue, des avis et des idées.

Sur le plan financier, si le niveau de collecte prévu n’est pas atteint, vous serez intégralement remboursé comme il est prévu dans les règles du crowd-funding.

Ajoutons, si cela est nécessaire de le rappeler, que l’intégralité des fonds retenus sera utilisée pour le film et uniquement pour le film. Les bénéfices, s’il y en a par la suite, seront reversés à des associations caritatives ou à des associations proches de l’intérêt de la citoyenneté alimentaire.

Il faut parler du film autour de soi, relayer nos activités par vos sites, nous contacter, dialoguer, fabriquer des cercles de convivialité autour de ce projet.

Un grand merci pour votre participation à la première chaîne de solidarité !
Rejoignez nous!
Alexandra, Olympe et Yvon

Contact :

les batailles du bio_bandeau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>